Poussières d’étoiles

« La Famille du Prophète est à l’exemple des étoiles dans le ciel. Quand s’éteint une étoile, une autre s’allume. Dieu a parachevé pour vous Ses oeuvres et vous a fait voir ce à quoi vous aspiriez. » L’Imam Ali (as)

 

Invocations pour les parents (1) 24 août, 2010

Classé dans : 4. Do'as et Ziaraat — poussieresdetoiles @ 10:22

Do’as de notre 4e Imam, Zain Al Abidin (as), pour les parents

Lorsqu’on analyse profondément ces do’as, nous découvrons toutes les qualités que nous devons recherchez et obtenir pour atteindre un état d’équilibre et de perfection humaine, ainsi que des relations familiales sereines et épanouissantes.

 

  1. Ô Mon Dieu ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed, Ton serviteur, Ton Messager et sur sa pure Famille ; honore-les par la transcendance de Tes Glorifications, de Ta Miséricorde, de Tes Bénédictions, et de Ta Paix !

  2. Honore mes parents par Ta grâce et la bénédiction provenant de Ta part ! Ô Mon Dieu ! Ô le plus Miséricordieux de ceux qui font miséricorde !

  3. Ô Mon Dieu ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille ; enseigne-moi, par l’inspiration, la connaissance de toute chose incombant à leur égard, et mémorise en moi la connaissance complète en tout cela ! Puis, fasse que j’œuvre en conformité avec ce que Tu m’as inspiré, dote-moi de la chance de mettre en pratique la science que Tu m’as enseignée par crainte de ne pas agir en conformité avec quelque chose que Tu m’as fait connaître ou que mes membres trouvent trop pesant à réaliser !

  4. Ô Mon Dieu ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, de la même manière que Tu nous as rendus responsables, par lui, des droits envers les créatures[1].

  5. Ô Mon Dieu ! Comble-moi de la crainte de mes parents ; de la crainte de chacun face à un souverain tyrannique, et fasse que je leur sois très dévoué, de la dévotion semblable à celle de la mère aimante ! Fasse que mon obéissance et ma dévotion à leur égard soient encore plus satisfaisantes que le sommeil de l’homme exténué, et plus apaisant pour mon cœur que le rafraîchissement de l’assoiffé, de telle sorte que je considère comme sublime leur attachement avant mon amour propre ; que je réalise leur satisfaction avant mon contentement ; que je donne une conmmensurable gratitude à leur compassion à mon égard aussi infme soit elle ; et faire peu de cas de ma mansuétude à leur égard aussi abondante soit elle.

  6. Ô Mon Dieu ! Adoucis ma voix devant eux ; rends mes propos agréables à leur égard ; fléchis devant eux mon caractère ; attendris mon cœur envers eux ; et fasse que je devienne leur compagnon attentionné, leur ami affectueux !

  7. Ô Mon Dieu ! Sois reconnaissant à leur égard pour m’avoir élevé ; récompense-les pour m’avoir tenu en estime ; et soutiens-les de la même manière qu’ils m’ont soutenu durant mon enfance !

  8. Ô Mon Dieu ! Pour tout ce qui leur a fait du tort par ma faute ; pour les faits détestables qui les ont atteints par ma faute ; et pour tous leurs droits qui ont été négligés par ma faute, compense-les en allégeant leurs péchés, élève-les à leurs rangs, et amplifie leurs bonnes œuvres ! Ô Celui qui transforme les mauvaises actions en sublimes bonnes œuvres !

  9. Ô Mon Dieu ! Pour tout propos par lequel ils ont dépassé les limites à mon égard ; pour tout acte par lequel ils ont été excessifs à mon égard ; pour tout droit m’appartenant qu’ils ont transgressé, et pour toute obligation envers moi pour laquelle ils ont été négligents, je leur en fais droit et je leur accord ; puis je T’implore de bien vouloir effacer toutes les mauvaises conséquences les concernant, car je ne les accuse en rien à mon égard ; je ne peux trouver en eux aucune indolence dans leur compassion à mon égard ni avoir de l’aversion pour la façon dont ils ont prêté attention à mes affaires, Ô Mon Seigneur !

  10. Ils ont des droits sur moi qui sont très prépondérants ; une présence dans la bienveillance à mon égard qui est primordiale ; et une incommensurable affection envers moi, au point où je devrais les indemniser de façon équitable ou les récompenser de manière équivalente. Où donc, Ô Mon Dieu ! se trouve le temps important qu’ils ont consacré à m’éduquer ? Où est l’épreuve de leur labeur à me protéger ? Où est la privation qu’ils se sont imposée pour m’alimenter avec abondance ?

 

Commenter

 
 

Il était une fois Gisèle |
la famille s'agrandit enfin! |
dominiqueetpascal |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bienvenue chez Jacques BERTHET
| Garderie«les petites fleurs»
| Mariage Delphine et Yannick