Poussières d’étoiles

« La Famille du Prophète est à l’exemple des étoiles dans le ciel. Quand s’éteint une étoile, une autre s’allume. Dieu a parachevé pour vous Ses oeuvres et vous a fait voir ce à quoi vous aspiriez. » L’Imam Ali (as)

 

De jeunes mariés à parents – la voie vers le Paradis 5 mai, 2013

Classé dans : 1. Le mariage,6. L'education des enfants — poussieresdetoiles @ 17:57

 

De jeunes mariés à parents – la voie vers le Paradis

Traduit par Sarah Ramji
Compilé par Abbas et Shaheen Merali
Revu et corrigé par Moulla Nissar

Mots de sagesse d’Imam Ali ibn al Houssein Zaynoul Abedin (AS)

Le droit de votre mère est que vous sachiez qu’elle vous a porté là où personne ne porte quiconque ; elle vous a donné le fruit de son cœur que personne ne donne à quiconque, et elle vous a protégé avec tous ses organes. Elle ne s’est pas souciée de sa propre faim tant que vous n’étiez pas rassasié ni de sa propre soif tant que la vôtre n’était pas étanchée, elle ne s’est pas inquiétée de se couvrir tant que vous n’étiez pas couvert, d’être au soleil tant que vous n’étiez pas à l’ombre. Elle a abandonné son sommeil pour vous et elle vous a protégé du chaud comme du froid, tout cela dans le but que vous lui appartenez. Vous ne serez capable de lui montrer votre gratitude que par la Grâce d’Allah et Sa volonté afin qu’Il vous donne du succès.

Le droit de votre père est que vous sachiez qu’il est votre racine. Sans lui, vous n’existeriez pas. A chaque fois que vous voyez quelque chose en vous qui vous plaît, sachez que votre père est la racine de sa bénédiction sur vous. Louez donc Allah et remerciez-le pour cela. Et il n’y a pas de force à part celle d’Allah.

Le droit de votre enfant est que vous sachiez qu’il est de vous et qu’il vous sera assigné – aussi bien à travers ses bonnes que ses mauvaises actions – dans les affaires immédiates de ce monde. Vous êtes responsable de ce qui vous a été confié, comme par exemple, l’éduquer de bonne manière, le guider dans la direction de son Seigneur, et l’aider à Lui obéir. Agissez donc envers Lui avec les actions de celui qui sait qu’il sera récompensé pour le bien accompli envers Lui, et puni pour le mal commis.

TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION i

REMERCIEMENTS iv

Chapitre 1 : La nuit du mariage 2
A’mal pour la nuit du mariage 2
Quelques points sur l’Aqd (contrat de mariage) et le mariage 4
Quelques points pour les mariés 4
Le mariage d’Imam Ali (AS) et de Bibi Fatemah (AHS) 5

Chapitre 2 : Bonnes manières dans le domaine de la sexualité en Islam 9
Les règles de bienséance relatives à la sexualité en Islam 9
L’importance des relations sexuelles 9
L’importance de satisfaire sa femme 10
Les Actes recommandés 11
Les Actes non recommandés 14
Moments recommandés 17
Moments non recommandés 18
Un corps sain 20
Renforcer et affaiblir le désir sexuel 23

Chapitre 3 : Règles importantes de Fiqh 1 – Pour les couples mariés 25
État de Janabat 25
Ghousl al-Janabat 26
Tayammoum 28
Rendre rituellement propre quelque chose tâché par du sperme 30

Chapitre 4 : Planning familial 34
Planning familial en Islam 34
Méthodes de contraception 34
Consentement entre l’homme et la femme 37
Avortement 38

Chapitre 5 : Conception 41
Nourriture recommandée 41
Actes recommandés 42
Actes non recommandés 46
Moments recommandés 48
Moments non recommandés 49
Planifier une grossesse 50

Chapitre 6 : La grossesse 52
La création d’un enfant d’après le Saint-Qour’an 52
Importance d’être mère et importance de la grossesse 55
Responsabilités pendant la grossesse 57
Nourriture recommandée 59
Actes recommandés 64
Supplications recommandées 70

Chapitre 7 : L’accouchement 76
Actes recommandés 76

Chapitre 8 : Après l’accouchement 78
Nourriture recommandée 78
Actes recommandés 79
Aqiqah – quelques détails supplémentaires 83
Méthode recommandée pour féliciter quelqu’un pour la naissance de son enfant 86
Attribuer un prénom à l’enfant 87

Chapitre 9 : L’allaitement 90
Nourriture pour le nouveau-né 90
Trois exemples 90
Récompense pour l’allaitement 91
Importance du lait maternel 91
Avantages du lait maternel 92
Période recommandée pour l’allaitement 94
Actes recommandés 94
Sevrage 95

Chapitre 10 : Importantes règles de Fiqh 2 – Pour les mères 97
Nifas 97
Urine d’un bébé 100

Chapitre 11 : Élever les enfants 101
40 points d’Akhlaq pour avoir de bons rapports avec votre enfant 101
14 manières d’instaurer l’amour des Ahl-ul-Bayt chez vos enfants 110
Mémorisation du Saint Qour’an 112

BIBLIOGRAPHIE 115

Lire le livre

 

Source : http://www.shia974.fr/de_jeunes_maries_a_parents_la_voie_vers_le_paradis.html

 

 

 

Le consentement du père dans le mariage 17 juin, 2011

Classé dans : 1. Le mariage — poussieresdetoiles @ 18:57

 

Le consentement du père dans le mariage

 

Les enseignements islamiques recommandent que les filles se marient avec le consentement de leur père. Beaucoup de juristes musulmans considèrent ce consentement comme une condition essentielle du mariage des filles.

On peut noter à cet égard les points suivants :


1. Etant donné qu’un mariage établit un contact social entre deux familles, il est à conseiller aussi bien aux garçons qu’aux filles de consulter leurs parents pour ce qui concerne le choix de leurs future maris ou femmes. Une telle consultation équivaut à un témoignage de respect aux parents, et à un signe de gratitude pour toutes les difficultés qu’ils ont subies pour élever leurs enfants. Cela conduit également à une meilleure entente entre les familles des deux parties. Au-delà de tout cela, agir de la sorte, c’est le moyen le plus approprié de bénéficier de l’expérience personnelle et de la connaissance sociale des parents concernant le choix du partenaire de la vie et la conduite conjugale appropriée.


2. Les parents sont encouragés à prendre en considération, lorsqu’ils guident leurs enfants, les exigences réelles de ceux-ci, les nouvelles conditions dans lesquelles ils auront à vivre. Ils doivent comprendre que le mariage concerne en premier lieu leurs enfants et leur vie future, ainsi que celle de leurs propres futurs enfants, et non eux-mêmes. Donc, au moment de telles consultations, ils doivent en première instance s’assurer que l’épouse de leur fils possède les nobles qualités fondamentales, et non celles du deuxième ou troisième degré, et ils ne doivent pas se laisser influencer par des considérations illusoires, telles que la richesse et la position sociale de la famille du futur fiancé ou de la future fiancée.


3. Les juristes qui considèrent le consentement du père comme étant une condition essentielle du mariage de la fille, retiennent cette position seulement lorsqu’il s’agit d’une vierge. Evidemment, ils donnent de l’importance à cette condition seulement parce qu’à leur avis l’intervention d’un père affectueux et expérimenté est d’une grande valeur.


4. Même dans le cas d’une vierge, ils affirment que le consentement du père est fondamental seulement dans la mesure où il essaie de sauvegarder les intérêts de sa fille, et non de lui imposer sa volonté, éventuellement contre ses intérêts (de la fille). S’il s’avère que le père est porté à imposer sa volonté contre les intérêts de sa fille, il est du devoir des autorités compétentes le prendre note de l’affaire, et en vertu des pouvoirs dont est investi un gouvernement musulman juste, d’entreprendre les actions qui s’imposent pour sauvegarder les intérêts de la fille.

 

Source : http://www.al-shia.org/html/fre/librari/philosophie-2/05.html#link75

 

 

Do’a pour trouver un bon mari ou une bonne épouse 21 août, 2010

Classé dans : 1. Le mariage,4. Do'as et Ziaraat — poussieresdetoiles @ 17:58

 

Do’a pour trouver un bon mari ou une bonne épouse


Voici quelques prières recommandées par nos Massoumines (as) pour toutes les jeunes filles et jeunes hommes pour trouver un bon partenaire. Ce ne sont évidemment pas les seules prières existantes mais celles qui sont les plus communément cités.

  • Réciter Surat Ahzaab, garder une copie du surah à l’entrée de la maison.
  • Réciter Surat Taha ; souffler sur un verre d’eau et boire.
  • Réciter Surat Hachr (28 ème chapitre du Qur’an)
  • Réciter Surat Mumtahana tous les jours, 5 fois par jour
  • Réciter le verset 36 Yasin 100 fois avant salat de tahajjud pendant 40 jours

Subh’aanalladhi khalaqal azwaaja kullahaa mimmaa tumbitul arz’u wa min anfussihim wa mimmaa laa ya’lamoon.

  • Réciter le du’a suivant 100 fois pendant 40 jours après namaz :

Sahlan Bifazlika yaaa’zeez

  • Réciter :

Yaa mussabbibal asbaabi yaa mufattih’al abwaabi yaa man h’aythu maa dui’ya ajaaba.

  • Il est dit dans Biharul Anwar, d’écrire le ayat suivant du Surat Taha sur un papier avec du safran et de l’eau de rose,et en faire un tawiz et porter sur le bras droit pour recevoir des propositions en mariage.

Nah’nu narzuquka wal a’aqibatu littaqwa.

  • Il est dit dans Kanzoul Maknoun, d’écrire le doua suivant sur un papier, en faire un tawiz et le porter sur le bras droit, pour recevoir des propositions.(veiller à enlever le tawiz pendant la période d’indisposition, vu qu’il contient le ismi’azam) :

Yaa noora Koulli Shay – in wa houdaahou antalladhi falaqazz’ulumaati binooruoo.
Oh Noor ! C’est Toi qui guides tout, et enlèves toute l’obscurité par Ta lumière.

  • Réciter le Doua Al Mashlool pendant 40 jours
  • Selon Imam Sadiq (as) celui qui désire se marier, doit réciter le doua suivant avant de demander une personne en mariage

Allahumma innee oureedu an atazaw waja faqaddir lee minan nissaa-i a’fihunna farjan wa ah’faz’ihunna lee fee nafsihaa wa awsa -i’hunnaa lee rizqan wa az’amihun lee barakatan fee nafsihaa wa maalee faqaddir lee minhaa waladan t’ayyiban taj’a’louhou khalafan s’aalih’an fee hayyaatee wa ba’damawtee.
O mon Allah, je désire me marier, assure moi une femme parmi celles qui s’abstiennent de ce qui est illégal et qui sauvegarde son âme (intégrité) dans mon intérêt, et par laquelle mes moyens de subsistance augmenteront abondamment et qu’elle me donne un fils vertueux, qui sera mon successeur noble ici et dans l’au-delà.

  • Il est écrit dans Biharul Anwar que s’il y a des obstacles pour recevoir des propositions en mariage, écrire les ayats suivants Taha:131,132 avec du safran et en faire un tawiz et porter sur soi

 

 

 

Le choix du conjoint 31 août, 2009

Classé dans : 1. Le mariage — poussieresdetoiles @ 12:02

 

De l’importance du choix du conjoint

barrerosev.gif

De la naissance jusqu’à la mort, l’homme traverse diverses étapes. Les êtres humains subissent des transformations régulières. Plus ils enrichissent leurs connaissances, plus leurs exigences et leurs besoins s’accroissent. L’un des besoins importants de l’homme est d’avoir un conjoint. Comme vous le savez, la femme et l’homme partagent une nature humaine commune, mais ils sont différents l’un de l’autre, du point de vue psychique et physique. Certes, ces différences, non seulement, ne sont pas au niveau des défauts ou des qualités de l’un ou de l’autre, mais encore, elles sont à l’origine du dynamisme de la société, lui permettant d’avancer sur la voie de la perfection. Ce sont, en effet, grâce à ces mêmes dissemblances, par lesquelles l’homme est attiré vers la femme et vice-versa, que la société évolue. C’est ainsi que la plupart des besoins psychiques et physiques des êtres humains sont satisfaits. Après la création de l’homme et de la femme, on ne doit jamais oublier que ce qui différencie ces deux derniers n’engendre pas la supériorité de l’un sur l’autre. L’homme et la femme ont, chacun, une identité humaine indépendante. Mais leur situation, dans le cadre de la famille, est tout à fait différente. Dans l’union que forment les conjoints, dans le cadre de la famille, tous les deux doivent tenir compte, réciproquement, de leur identité humaine, et respecter leur dissemblance physique et psychique. Dans un tel contexte, l’homme acceptera la place que tient son épouse et aucun des deux ne souhaitera, donc, être à la place de l’autre. Après avoir étudié le monde différent de la femme et de l’homme, Eric Fromm, psychologue allemand, a déclaré que les deux conjoints pouvaient se comprendre et être parfaits l’un grâce à l’autre, mais qu’ils ne pouvaient pas se ressembler, ce qui relève des différences institutionnalisées dans leur for intérieur. Comme on l’a dit, le mariage est un événement important dans la vie individuelle de tout homme. Du point de vue religieux, sociologique et naturel, la formation de la famille s’avère indispensable. Les spécialistes des sciences éducatives et les sociologues croient que la santé et le bonheur de la société sont liés à l’institution du mariage légal et légitime qui aboutira à la formation d’une famille saine. Voilà pourquoi la femme et l’homme qui ont l’intention de s’unir par le mariage ne doivent pas oublier les principes sur lesquels se fonde une famille, principes auxquels sont liés le progrès et l’essor d’une famille, ainsi que la santé psychique de la société, en général, et de la famille, en particulier.

Celui qui se lance dans un mariage à l’aveuglette, ressemble à celui qui construit un bâtiment sans fondation solide et profonde. Une telle famille ne pourrait absolument pas être un foyer calme et sûr pour vivre ensemble. Un grand nombre de chercheurs et de spécialistes se sont focalisés, ces dernières décennies, sur des sujets, tels que la qualité des relations conjugales, le sentiment de satisfaction qu’éprouvent les conjoints et son influence sur la santé de la famille. A présent, ces derniers sont en train de se pencher sur les facteurs qui jouent un rôle important dans le mariage, facteurs qui aident à promouvoir la qualité de la vie conjugale. Sur cette base, ils ont compris que les questions d’ordre culturel, économique, psychique et éthique, avaient un impact indéniable sur les relations entre l’homme et la femme, dans le cadre de la famille.
Reste à savoir pourquoi le mariage est important. Tout d’abord, il faut dire que le mariage est la satisfaction légitime d’un besoin inné et naturel, besoin qui, s’il n’est pas satisfait à temps, peut avoir une influence négative, destructrice et nuisible sur le corps, le moral et la personnalité des êtres humains. Comme le Seigneur tout-puissant le rappelle dans le noble Coran, le mariage est le point de départ d’une vie conjointe où règne le calme et les relations les plus cordiales entre l’homme et la femme. L’amour que l’homme éprouve pour la femme est effectivement un don divin, déposé dans le for intérieur de l’homme. L’attirance de l’homme envers la femme va satisfaire ses besoins physiques et psychiques. Le mariage permet aux conjoints de parvenir à la sérénité dans le cadre de la famille, loin de tout souci.

« Il n’y a pas l’ombre d’un doute que les tensions familiales, l’indifférence, les fugues des enfants et le pessimisme, proviennent de l’absence de calme et de sérénité au sein de la famille. L’absence de doux sentiments, comme l’affection et la tendresse, entre les membres de la famille, est à l’origine des grands problèmes sociaux. On peut en tirer cette conclusion que les familles heureuses sont celles qui jouissent d’une plénitude psychique, familles, au sein desquelles, règnent des relations cordiales entre la mère, le père et les enfants. », c’est ce qu’a écrit le psychologue et chercheur iranien, Gholam-Ali Afrouz, dans son livre » Les époux modèles ».
A en croire les psychologues, le mariage peut calmer l’esprit agité de l’homme, mariage grâce auquel il pourra atteindre les sommets du progrès et de la perfection. Un mariage serein et épanoui permet à l’homme d’arriver à un équilibre morale et psychique, équilibre, à la faveur duquel, il pourra avancer sur la voie de l’épanouissement et de la perfection. Sur cette base, le Dr Navabinejad, psychologue iranien, a déclaré qu’après l’âge de la puberté, les filles et les jeunes garçons s’efforcent d’atteindre une indépendance intellectuelle et ont envie de se marier pour venir à bout de leurs défauts et assurer leurs besoins innombrables. Dans la foulée, ils sont en quête d’un conjoint digne pour atteindre la bonne perfection. Lorsque l’homme et la femme entament leur vie commune, ils se sentent plus que jamais responsables envers le bon déroulement de leur vie. Lors de leur vie conjointe, ils cherchent un objectif commun et déploient tous leurs efforts pour profiter de la meilleure manière de leur vie.

L’homme cherche toujours à marcher sur la voie du progrès et de la perfection et cela met en relief la nécessité de l’union entre la femme et l’homme. Après l’enfance et pour arriver à la maturité, il faut chercher une nouvelle identité, identité qu’on ne peut trouver que grâce à un mariage réussi et correct. Après le mariage, les êtres humains se sentent tout à fait indépendants. Par conséquent, ils s’efforcent de jouer de la meilleure manière leur rôle dans le cadre de la famille. Le mariage met un terme à la plupart des soucis des filles et des garçons célibataires.
Maintenir la pudeur et la chasteté figure parmi les autres raisons qui mettent en exergue le caractère nécessaire du mariage. La formation de la famille assure la santé et la sécurité de la société. Les résultats d’une récente recherche sur 500 jeunes britanniques démontrent qu’après le mariage, les jeunes s’éloignent de la délinquance. C’est pourquoi l’Islam encourage les jeunes à se marier. Le mariage assure, par ailleurs, la pérennité de l’humanité, raison pour laquelle les êtres humains doivent, aussi, se marier. La plupart des êtres humains aiment voir leur progéniture leur survivre. Ils aiment avoir des enfants. Certes, les femmes sont davantage motivées dans ce domaine. Les relations sentimentales et cordiales entre les parents et leurs enfants apaisent l’esprit de l’homme, relations cordiales qui sont renforcées au sein de la famille.

Source: irib

bouquetrosev.gif

 

 

Conseils du Prophète (saw) à Hz Ali (as) 28 décembre, 2008

Classé dans : 1. Le mariage,B~Maman~ — poussieresdetoiles @ 11:16

 

Conseils et recommandations du Prophète (P) à l’Imam Ali (p) concernant ses rapports avec son épousée

Conseils du Prophète (saw) à Hz Ali (as) dans 1. Le mariage roseba10

Selon Abû Sa‘îd al-Khidrî, le Messager d’Allah (P) fit les recommandations suivantes à l’Imam Ali (p) :

« O Ali ! Lorsque l’épousée entre dans ta maison, ôte ses sandales quand elle s’assoit, puis lave ses pieds et verse cette eau de lavage depuis la porte jusqu’au bout de ta maison. Ce faisant, Allah chassera de ta maison soixante-dix mille sortes de pauvreté et y fera entrer soixante-dix sortes de bénédiction, et Il fera descendre sur toi soixante-dix miséricordes qui s’agitent sur la tête de l’épousée jusqu’à ce que leur bénédiction atteigne tous les coins et recoins de ta maison, et prémunisse l’épousée contre la folie, l’éléphantiasis, et la lèpre tant qu’elle y restera (dans cette maison). Empêche l’épousée de consommer les quatre denrées suivantes pendant la première semaine : les produits laitiers, le vinaigre, le coriandre, et les pommes aigres.»

Ali (p) demanda alors : « Pour quelle raison dois-je lui interdire ces quatre denrées? »

Le Messager d’Allah (P) expliqua : « Parce que l’utérus devient stérile et ne permet pas la conception d’enfant à la consommation de ces quatre denrées. Or, une natte dans un coin de la maison vaut mieux qu’une femme qui n’engendre pas. »

Ali (p) demanda encore : « Et pourquoi dois-je lui interdire le vinaigre ? » Le Messager d’Allah (P) répondit : « Lorsque la femme a ses règles alors qu’elle consomme de la vinaigre, elle ne sera jamais complètement purifiée. Quant au coriandre, il trouble les menstrues dans son ventre et de plus il rend l’accouchement difficile. Pour ce qui est de la pomme aigre, elle pourrait interrompre les menstrues et la rendre subséquemment malade. »

Et le Messager d’Allah (P) de poursuivre :

« O Ali ! Ne commerce pas avec ta femme le début, le milieu et la fin du mois, sous peine de la voir elle et son enfant atteindre facilement de folie, d’éléphantiasis et de dérangement de cerveau, si l’acte sexuel accompli pendant ces jours venait à déboucher sur une conception. 

O Ali ! Ne couche pas avec ta femme l’après-midi, car si l’acte sexuel accompli ainsi aboutissait à une conception, l’enfant serait louche; or Satan se réjouit de voir les gens atteints de strabisme.

O Ali ! Ne parle pas pendant l’acte sexuel, car si un enfant naît de cet acte, il n’est pas exclu qu’il soit muet.

O Ali ! On devrait éviter de regarder le vagin de sa femme pendant l’acte sexuel, car cela risquerait de voir l’enfant conçu aveugle.

O Ali ! N’accomplis pas l’acte sexuel avec ta femme avec le désir de coucher avec la femme de quelqu’un d’autre, car je crains que cela n’aboutisse à la conception d’un enfant efféminé, impuissant et avare.

O Ali ! Si tu te trouves avec ta femme dans le lit, en état d’impureté sexuelle (janâbah)[254], ne lis pas le Coran, sous peine, je le crains, de voir descendre sur vous du ciel un feu qui vous brûlera.

O Ali ! Ne couche pas avec ta femme sans avoir un chiffon pour toi et un chiffon pour elle, et ne vous essuyez pas avec un même et seul chiffon, de crainte que cela n’engendre entre vous hostilité, dissension et divorce.

O Ali ! Ne fais pas l’amour avec ta femme debout, car cela est digne des ânes, et risquerait de donner naissance à un enfant qui pisse dans son lit comme les ânes qui pissent partout.

O Ali ! Ne couche pas avec ta femme la veille (la nuit) de la Fête de Ramadhân, car si cet acte débouchait sur une conception, l’enfant qui sera né grandira et n’aura d’enfant qu’à un âge avancé.

O Ali ! Ne couche pas avec ta femme la veille (la nuit) de la Fête du Sacrifice (‘Ïd al-Adh-hâ), car si cet acte débouchait sur une conception, l’enfant risquerait d’avoir six ou quatre doigts.

O Ali ! Ne couche pas avec ta femme sous un arbre fruitier, autrement, l’enfant qui naîtrait de cet acte risquerait d’être un bourreau, un tueur ou un chef oppresseur.

O Ali ! Ne couche pas avec ta femme face au soleil et sa brillance, à moins de mettre un rideau, autrement, si votre acte venait à déboucher sur une conception, l’enfant vivra miséreux et pauvre jusqu’à la mort.

O Ali ! Ne couche pas avec ta femme entre le athan et le iqâmah, car si cet acte venait à déboucher sur une conception, l’enfant aura une forte tendance à l’effusion de sang.

O Ali, Si ta femme est enceinte, ne couche avec elle qu’en étant en état d’ablution partielle (wudhû’), autrement, si cet acte venait à déboucher sur une conception, l’enfant naîtrait aveugle de cœur et avare de main.

O Ali ! Evite de coucher avec ta femme la mi-mois de Cha’bân, car si cet acte venait à déboucher sur une conception, l’enfant sera déformé, et aura des grains de beauté noirs sur la tête et le visage.

O Ali ! Ne couche pas avec ton épouse les deux derniers jours du mois de Cha’bân, sinon, l’enfant qui serait né par suite de cet acte, risquerait d’être sot ou pauvre.

O Ali ! Ne couche pas avec ta femme avec le désir de sa sœur, sous peine de risquer d’avoir un enfant qui serait un percepteur de dîmes (usurpées) ou le sbire d’un oppresseur, et assassinerait beaucoup de gens, si l’acte ainsi accompli, venait à aboutir à une conception.

O Ali ! Ne couche pas avec ta femme sur le toit d’une construction, autrement, si cet acte venait à déboucher sur une conception, l’enfant qui en naîtrait, risquerait d’être hypocrite, imposteur et hérétique.

O Ali ! Lorsque tu pars en voyage, évite de commercer avec ta femme, la veille au soir (et la nuit), au risque d’avoir un enfant qui dépenserait son argent indûment, si cet acte venait à aboutir à une conception. Et le Prophète (P) de citer, à l’appui de cette affirmation, le verset coranique suivant : «Les gaspilleurs sont les frères des diables»*.

O Ali ! Evite de coucher avec ta femme, si tu fais un voyage de trois jours et nuits, autrement tu risquerais, si cet acte venait à déboucher sur une conception, d’avoir un enfant qui serait le soutien de tout oppresseur.

O Ali ! Je te recommande de coucher avec ta femme la veille (la nuit) du lundi, car si cet acte aboutissait à une conception, tu aurais un enfant qui apprendrait par cœur le Livre d’Allah, et qui serait satisfait de ce qu’Allah –Il est Puissant et Exalté- lui impartit.     

O Ali ! Si tu couches avec ta femme, au début de la nuit du lundi au mardi et que cet acte aboutissait à une conception, l’enfant qui en naîtrait, sera destiné à mourir en martyr après avoir prononcé l’attestation de foi : «J’atteste qu’il n’y a de divinité  qu’Allah, et que Mohammad (P) est le Messager d’Allah». En outre Allah –Il est Puissant et Exalté- ne le soumettra jamais aux supplices avec les polythéistes. Sa bouche sentira bon et il aura le cœur compatissant, la main généreuse, et la langue dépouillée de toute médisance, de mensonge et de calomnie.

O Ali ! Si tu couches avec ta femme la nuit du mercredi au jeudi, et que cet acte aboutissait à une conception, l’enfant qui en naîtrait serait un gouvernant parmi les gouvernants ou un savant entre les savants, et si tu le fais le jour du jeudi, lorsque le soleil s’écarte du milieu du ciel, Satan ne s’approchera pas de l’enfant qui en naîtrait, jusqu’à ce qu’il vieillisse, et celui-ci aurait un bon entendement et Allah le favoriserait d’une conduite correcte dans la religion et dans la vie,

O Ali ! Si tu accomplis l’acte sexuel avec ton épouse la nuit du jeudi au vendredi, et que cet acte aboutissait à une conception, l’enfant qui en naîtrait serait un orateur, un tribun et un rhéteur, et si tu le fais, le vendredi, après l’après-midi (vers la fin de l’après-midi et avant le maghrib), l’enfant qui en naîtrait, serait bien connu, célèbre et savant, et si tu le fais la nuit de jeudi à vendredi, après la Prière de ‘Ichâ’ (de la nuit), il est à espérer qu’il deviendrait un des abdâl**(remplaçants).

O Ali ! N’accomplis pas l’acte sexuel avec ta femme, à la première heure de la nuit, car si cet acte venait à déboucher sur une conception, il est à craindre que l’enfant qui en naîtrait, ne soit un magicien qui préférerait le monde présent au monde futur.

O Ali ! Apprends par cœur ce testament (recommandation) que j’ai appris de Jibrâ’îl. »***

______________________

*Sourate al-Isrâ’ S 17/V 27.

**Il est dit qu’il y a un peuple de gens de bien, dont le monde ne sera jamais dépourvu : si l’un d’entre eux meurt, Allah le remplacera par un autre. (le mot arabe «badal», singulier de «abdâl» signifie remplaçant). 

***Al-Bihâr, tome 103, p. 208 ; ‘Ilal al-Charâ’i‘, p. 514 ; Al-Amâlî d’al-Sadûq, p. 566

bouque10 dans B~Maman~

 

 

 

Le choix du conjoint

Classé dans : 1. Le mariage,B~Maman~ — poussieresdetoiles @ 11:12

 

Le choix du conjoint et les relations avec lui

Le choix du conjoint dans 1. Le mariage barrer10

 

Les mérites du mariage :

http://www.bostani.com/FemHadith.htm#lesméritesdu

Le choix du conjoint :

http://www.bostani.com/FemHadith.htm#lechoixdeconjointe

Le temps où il est détestable et le temps où il est recommandé d’avoir des rapports :

http://www.bostani.com/FemHadith.htm#letemps

Les coutumes du mariage au regard de l’Islam :

http://shia974.fr/texte/Les-coutumes-du-mariage-au-regard-de-l-Islam.htm

Les différences entre l’homme et la femme :

http://www.tebyan.net/index.aspx?pid=71046

http://www.tebyan.net/index.aspx?pid=71255

http://www.tebyan.net/index.aspx?pid=69337

http://www.tebyan.net/index.aspx?pid=71504

http://www.tebyan.net/index.aspx?pid=72373

http://www.tebyan.net/index.aspx?pid=71800

http://www.tebyan.net/index.aspx?pid=72259

Les rapports entre l’homme et la femme :

http://www.tebyan.net/index.aspx?pid=70391

 

p10 dans B~Maman~

 

 
 

Il était une fois Gisèle |
la famille s'agrandit enfin! |
dominiqueetpascal |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bienvenue chez Jacques BERTHET
| Garderie«les petites fleurs»
| Mariage Delphine et Yannick