Poussières d’étoiles

« La Famille du Prophète est à l’exemple des étoiles dans le ciel. Quand s’éteint une étoile, une autre s’allume. Dieu a parachevé pour vous Ses oeuvres et vous a fait voir ce à quoi vous aspiriez. » L’Imam Ali (as)

 

Le Do’a selon le Prophète Mohammad (saw) 12 juillet, 2011

Classé dans : 4. Do'as et Ziaraat — poussieresdetoiles @ 12:59

 

Le Do’ã’ (la prière de demande) selon le Prophète Mohammad (saw)

dua.jpg

 

« Saisissez le moment de la compassion pour faire le Do’ã’, car elle est miséricorde. »

Rapporté par Al-Daylamî dans « Musnad Al-Firdaws ».

« Saisissez le Do’ã’ du croyant éprouvé. »

Rapporté par A-Chaykh en citant Abû Al-Dardã’.

« Saisissez le Do’ã’ des faibles de ma Nation. »

Rapporté par Al-Daylamî dans « Al-Musnad« .

« Le Do’ã’ de trois catégories de croyants n’est jamais négligé: le jeûnant jusqu’à ce qu’il rompe le jeûne, l’imam intègre, et la victime d’injustice, dont Allãh hisse le Do’ã’ au-dessus des nuages et lui ouvre les Portes du Ciel en disant: «Par Ma Puissance et Ma Gloire, Je te ferai gagner, serait-ce un peu plus tard». »

Rapporté par Al-Tarmathî en citant Abû Hurayrah.

« Seul le Do’ã’ pourrait modifier le destin (le Décret divin). »

« Makãrim Al-Akhlãq », p. 268.

« Le Do’ã’ est l’arme du Croyant, le pilier de la Religion et la lumière des cieux et de la terre. »

« Makãrim Al-Akhlãq« , p. 268.

« Le plus incapable des gens est celui qui est incapable de faire le Do’ã’ et le plus avare d’entre eux est celui qui est avare de Do’ã’. »

« Makãrim Al-Akhlãq« , p. 268.

 « Il n’est pas un Musulman qui adresse à Allãh un Do’ã’ qui ne comporte pas de rupture du lien de parenté ni une cause de péché, sans qu’Allãh lui accorde l’une des trois choses suivantes: soit IL exauce promptement son Do’ã’, soit IL le lui épargne pour le Jour du Jugement, soit IL éloigne de lui un mal équivalent à la demande formulée dans le Do’ã’. »

« Makãrim Al-Akhlãq« , p. 269.

« Allãh serait gêné devant un serviteur qui lève les mains vers Lui (en priant) et retourne les mains vides. »

« Makãrim Al-Akhlãq« , p. 276.

 

Source : http://www.tebyan.net/index.aspx?pid=172270

 

 

Que faire pour nos chers disparus 17 juin, 2011

Classé dans : 4. Do'as et Ziaraat — poussieresdetoiles @ 19:17

 

Que faire pour nos chers disparus ?

 

La mort, la première des étapes menant vers l’Autre-monde.

 

Cette étape comporte des obstacles durs à franchir et des moments difficiles à supporter. En voici deux des plus importants :

Le premier obstacle : L’agonie et la difficulté de l’arrachage de l’âme du corps : “L’agonie de la mort fait apparaître la vérité: ‹Voilà ce dont tu t’écartais›”[1]. C’est une étape très difficile, car l’agonisant doit faire face à des épreuves de toutes sortes : les douleurs de la maladie, la paralysie de la langue, la disparition des forces du corps, les lamentations de la famille et leurs adieux, le souci de l’orphelinat des enfants, la séparation des biens, des trésors, des économies qu’on a tant peiné à obtenir durant toute une vie, et dont beaucoup seraient peut-être mélangés avec des propriétés illégales appartenant à autrui et usurpées injustement, ou sur lesquels la part d’Allah (zakât, khoms etc) n’a pas été prélevée, ce qui en fait des biens illicites (harâm), problème auquel il n’a pas attaché l’importance due et dont le souci n’est né qu’une fois la mort s’est pointée, souci que l’Imam Ali a si bien décrit dans Nahj-ul-Balâghah : “Il (l’agonisant) se rappelle des biens qu’il a amassés sans se soucier de la légalité de leur origine, ni de ce qu’ils contiennent de légal et de douteux. Il doit donc assumer les conséquences de leur thésaurisation au moment où il ne peut que s’en séparer pour les laisser à ceux qui lui succèdent et qui vont en jouir. Le résultat est que les autres en seront les heureux bénéficiaires, et à lui d’en assumer la lourde responsabilité.”

[...]

Le Deuxième obstacle : la ‘adîlah (l’abjuration ou l’apostasie) lors de la mort : ‘adîlah, signifie abandonner la Vérité ou s’en détourner pour le Faux lors de la mort, sous l’effet de la présence de satan auprès du mourant et de ses tentations en vue de susciter en lui le scepticisme et le conduit à l’apostasie.

Contre le risque de ce mal du dernier moment de l’existence de l’homme, il y a des du‘â’ et des ta‘withah (invocation de protection).

[...]

On rapporte que le Prophète (P) recommanda un jour : “Envoyez vos cadeaux à vos morts !” Lorsqu’on lui demanda quels étaient les cadeaux des morts, il répondit :“L’aumône et le du‘â’ ”, et d’ajouter : “Les âmes des morts viennent chaque vendredi vers ce monde devant les maisons. Ils se mettent à crier tristement et à se lamenter en appelant leurs familles, leurs amis et leurs enfants à l’aide et à la compassion : “Soyez compatissants envers nous en dépensant ce que nous possédions, qu’Allah vous couvre de Sa Miséricorde ! D’autres ont bénéficié de nos biens, alors qu’on nous  demande d’en fournir les comptes. Compatissez à notre sort par l’offre en aumône d’un dirham, un pain ou un vêtement, qu’Allah vous revête de l’habit du Paradis !” Puis le Prophète (p) pleura tellement que ses larmes l’empêchèrent de parler et que tous ses compagnons éclatèrent en sanglots. Et le Prophète (P) d’ajouter : “Ce sont vos frères de religion. Ils se sont transformés en terre après avoir joui de la vie. Ils crient de douleur des supplices et disent : “Si nous avions dépensé des biens dont nous disposions entre nos mains pour l’agrément d’Allah, nous n’aurions pas besoin de vous !” Puis ils retournent avec un soupir et des remords en s’écriant : “Envoyez-nous rapidement vos aumônes”

[...]

” Et l’Imam d’ajouter : “La Prière, le jeûne, le Pèlerinage, l’aumône, l’acte de bienfaisance et le do‘â’ faits au nom d’un mort parviennent à sa tombe”. Il dit également : “La récompense (la rétribution = ajr) de ces actes (faits au nom d’un mort) bénéficie aussi bien au mort à qui ils sont destinées qu’à la personne qui les lui a dédiés. Selon un autre hadith attribué à l’Imam al-Sâdiq (p) : “Tout Musulman qui accomplit une oeuvre (acte de piété ou de bienfaisance) au bénéfice d’un mort, Allah lui accorde une double récompense tout en faisant parvenir la rétribution de cette oeuvre audit mort.” (Mafâtîh al-Jinân, 2e partie, pp. 71-72)

Lire l’article complet : http://www.bostani.com/manazil.htm

 

 

Invocations pour les parents (1) 24 août, 2010

Classé dans : 4. Do'as et Ziaraat — poussieresdetoiles @ 10:22

Do’as de notre 4e Imam, Zain Al Abidin (as), pour les parents

Lorsqu’on analyse profondément ces do’as, nous découvrons toutes les qualités que nous devons recherchez et obtenir pour atteindre un état d’équilibre et de perfection humaine, ainsi que des relations familiales sereines et épanouissantes.

 

  1. Ô Mon Dieu ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed, Ton serviteur, Ton Messager et sur sa pure Famille ; honore-les par la transcendance de Tes Glorifications, de Ta Miséricorde, de Tes Bénédictions, et de Ta Paix !

  2. Honore mes parents par Ta grâce et la bénédiction provenant de Ta part ! Ô Mon Dieu ! Ô le plus Miséricordieux de ceux qui font miséricorde !

  3. Ô Mon Dieu ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille ; enseigne-moi, par l’inspiration, la connaissance de toute chose incombant à leur égard, et mémorise en moi la connaissance complète en tout cela ! Puis, fasse que j’œuvre en conformité avec ce que Tu m’as inspiré, dote-moi de la chance de mettre en pratique la science que Tu m’as enseignée par crainte de ne pas agir en conformité avec quelque chose que Tu m’as fait connaître ou que mes membres trouvent trop pesant à réaliser !

  4. Ô Mon Dieu ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, de la même manière que Tu nous as rendus responsables, par lui, des droits envers les créatures[1].

  5. Ô Mon Dieu ! Comble-moi de la crainte de mes parents ; de la crainte de chacun face à un souverain tyrannique, et fasse que je leur sois très dévoué, de la dévotion semblable à celle de la mère aimante ! Fasse que mon obéissance et ma dévotion à leur égard soient encore plus satisfaisantes que le sommeil de l’homme exténué, et plus apaisant pour mon cœur que le rafraîchissement de l’assoiffé, de telle sorte que je considère comme sublime leur attachement avant mon amour propre ; que je réalise leur satisfaction avant mon contentement ; que je donne une conmmensurable gratitude à leur compassion à mon égard aussi infme soit elle ; et faire peu de cas de ma mansuétude à leur égard aussi abondante soit elle.

  6. Ô Mon Dieu ! Adoucis ma voix devant eux ; rends mes propos agréables à leur égard ; fléchis devant eux mon caractère ; attendris mon cœur envers eux ; et fasse que je devienne leur compagnon attentionné, leur ami affectueux !

  7. Ô Mon Dieu ! Sois reconnaissant à leur égard pour m’avoir élevé ; récompense-les pour m’avoir tenu en estime ; et soutiens-les de la même manière qu’ils m’ont soutenu durant mon enfance !

  8. Ô Mon Dieu ! Pour tout ce qui leur a fait du tort par ma faute ; pour les faits détestables qui les ont atteints par ma faute ; et pour tous leurs droits qui ont été négligés par ma faute, compense-les en allégeant leurs péchés, élève-les à leurs rangs, et amplifie leurs bonnes œuvres ! Ô Celui qui transforme les mauvaises actions en sublimes bonnes œuvres !

  9. Ô Mon Dieu ! Pour tout propos par lequel ils ont dépassé les limites à mon égard ; pour tout acte par lequel ils ont été excessifs à mon égard ; pour tout droit m’appartenant qu’ils ont transgressé, et pour toute obligation envers moi pour laquelle ils ont été négligents, je leur en fais droit et je leur accord ; puis je T’implore de bien vouloir effacer toutes les mauvaises conséquences les concernant, car je ne les accuse en rien à mon égard ; je ne peux trouver en eux aucune indolence dans leur compassion à mon égard ni avoir de l’aversion pour la façon dont ils ont prêté attention à mes affaires, Ô Mon Seigneur !

  10. Ils ont des droits sur moi qui sont très prépondérants ; une présence dans la bienveillance à mon égard qui est primordiale ; et une incommensurable affection envers moi, au point où je devrais les indemniser de façon équitable ou les récompenser de manière équivalente. Où donc, Ô Mon Dieu ! se trouve le temps important qu’ils ont consacré à m’éduquer ? Où est l’épreuve de leur labeur à me protéger ? Où est la privation qu’ils se sont imposée pour m’alimenter avec abondance ?

 

 

Invocations pour les parents (2)

Classé dans : 4. Do'as et Ziaraat — poussieresdetoiles @ 10:20

 

Do’as de notre 4e Imam, Zain Al Abidin (as), pour les parents (suite)

 

  1. Hélas ! Je ne pourrai jamais me libérer de leur droit sur moi ; de réaliser mes obligations à leur égard ; d’accomplir le désir de les assister. Aussi, que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, secours-moi, Ô Le Sublime d etous ceux dont nous sollicitons l’aide ! Accorde-moi la victoire ; Ô Le plus excellent Guide de tous ceux que nous implorons ! Ne me place par parmi les gens qui manquent à leurs devoirs envers les pères et les mères, le jour où chaque âme sera rétribuée selon ce qu’elle a acquis. Ils ne seront, cependant, pas lésés.[2]

  2. Ô Mon Dieu ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, sur sa descendance ; honore mes parents par le Sublime dont Tu as honoré les pères et mères de Tes serviteurs croyants, Ô Le Plus Miséricordieux de ceux qui font miséricorde.

  3. Ô Mon Dieu ! Ne me laisse pas oublier de me souvenir d’eux après mes prières quotidiennes ; à chaque instant en dehors de ma nuit ; et à chaque heure de ma journée !

  4. Ô Mon Dieu ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille ; pardonne-moi par mon imploration pour mes parents ; pardonne-les du pardon éternel pour leur passion à mon égard ; sois accueillant à leur égard, par mon intercession en leur faveur, en faisant preuve d’une satisfaction sans faille ; et fasse qu’ils atteignent, par Ta générosité, les demeures de l’ineffable tranquillité !

  5. Ô Mon Dieu ! Si Ton pardon leur est accordé en premier, fais d’eux mes intercesseurs ; mais si Ton pardon m’est accordé en premier, fais de moi leur intercesseur, afin que nous soyons réunis par Ta bienveillance dans la Demeure de Ta générosité, et au Lieu de Ta clémence et de Ta miséricorde ! En vérité, Tu es Le Détenteur de la bonté abondante et de l’illustre bienveillance, et Tu es Le plus miséricordieux de ceux qui font miséricorde ![3]

[1] Ce passage peut être lu de deux manières distinctes. Selon la plus générale des interprétations, le “nous” et le “Tu nous as fait responsables” sous entendent tous les Musulmans, alors que selon l’interprétation la plus proche, ils sous-entendent les Imams.
Dans le premier cas, les “Droits” sont ceux que tous les Musulmans partagent avec d’autres Musulmans, tel l’explication, par exemple, donnée dans le Traité des Droits de l’Imam.
Dans le second cas, les Droits sont ceux propres aux Imams sur les autres Musulmans.
Le commentateur, à des fins d’illustration du premier cas, cite parmi d’autres, le hadith du Prophète faisant état de “Sept Droits incontournables” : “Dieu décréta Sept Droits incombant à la personne de la croyance Al-Mu’minin envers l’autre personne de la croyance: De la respecter; de l’aimer avec compassion; de l’aider dans son activité ou dans sa propriété; de considérer les propos calomnieux à son égard comme interdit; de lui rendre une visite de courtoisie lorsqu’elle est malade; de suivre son cortège funéraire; et de ne rien apporter sur elle d’autre que le bien après sa mort (Cheikh Al-Saduq, Al-Khiçal, 2/6; Al-Amali, p. 20, cité dans Bihar, 71/222. Pour d’autres hadiths, voir Bihar, 71).
Quant à la seconde manière de lire le passage en question, elle about it à : “Les Droits des Imams sont irréductibles, de la même manière que les Drois dus et accordés par Dieu aux créatures par l’intermédiaire de Son Messager, qui sont aussi des Droits dus aux Imams : “Ô vous qui croyez! Obéissez à Dieu! Obéissez au Prophète et à ceux d’entre vous qui détiennent l’autorité” (Coran 4/59 [Sayyed Alikhan]”

[2] Coran 45/22

[3] Coran 7/151

 

 

 

Invocations pour les enfants

Classé dans : 4. Do'as et Ziaraat — poussieresdetoiles @ 10:18

 

Do’as de notre 4e Imam, Zain Al Abidin (as), pour les enfants

 

  1. Ô Mon Dieu ! Sois bienveillant à mon égard à travers la subsistance de mes enfants ; en les faisant justes à mon égard ; en m’accordant de les affectionner !

  2. Ô Mon Dieu ! Fasse que leur vie soit longue à mes côtés ; retarde leur terme ; élève, pour moi, le petit dernier, réconforte, pour moi, le plus faible ; rends la santé à leurs corps ; soutiens leur dévouement religieux, ainsi que leur tendance morale ; fasse qu’ils soient sans dans leur âme, et dans leur corps, en sécurité dans chaque chose me concernant dans leur affaire ; permets-moi de subvenir à leurs nécessités et combles mes mains de leur nécessaire !

  3. Fais d’eux des pieux ; munis de crainte pieuse révérencielle, clairvoyants, attentifs et obéissants à Ton égard ; affectueux et empressés à l’égard de Tes amis ; fermement tenaces et plein de répulsion face à Tes ennemis ! Amin !

  4. Ô Mon Dieu ! Par eux, affermis mon bras, redresse mon échine accablée, multiplie mon nombre à travers eux, agrémente ma présence par eux ; et par eux, maintiens vivante ma réputation ; pourvois-moi par eux lorsque je suis au loin ; secours-moi par eux dans mes besoins ; et rends-les aimants à mon égard, affectueux, attachés, honnêtes, obéissants, jamais récalcitrants, jamais irrespectueux, ni révoltés, ni offensants !

  5. Soutiens-moi dans leur formation, dans leur éducation, dans leur dévotion à mon égard ; accorde-moi, parmi eux et par Toi, des enfants virils, fais de cela un bien pour moi, et fais d’eux une aide pour moi dans ce que je demande venant de Toi !

  6. Accorde-moi, ainsi que pour la progéniture, l’asile contre le maudit Satan, car Tu nous as créés, ordonnés et interdits ; fasse que nous désirions la récompense de ce que Tu as ordonné et interdits ; fasse que nous désirions la récompense de ce que Tu as ordonné, et que nous craignions son châtiment ! Tu nous as assignés un ennemi qui complote contre nous ; Tu lui as donné un pouvoir sur nous sans pour autant nous accorder un pouvoir sur lui ; Tu lui as accordé de résider en nous et de circuler dans nos artères ; il n’est pas inattentif même si nous sommes insouciants ; il n’oublie pas même si nous sommes oublieux ; il nous persuade d’être sans fautes face à Ton châtiment, et nous remplit de la crainte vis-à-vis d’autres que Toi.

  7. Si nous sommes prêts à commettre un écart il nous encourage à le réaliser ; et si nous sommes prêts à accomplir une œuvre judicieuse, il nous encourage à lui tourner le dos. Il nous oppose les uns aux autres par les passions[4], et il nous envahit du doute. S’il nous promet, il ment ; et s’il évoque nos espérances il manque à ses engagements. Si Tu ne détournes pas de nous sa ruse, il nous égarera ; et si Tu ne nous protèges pas de son esprit corrupteur il sera la cause de notre perte.

  8. Ô Mon Dieu ! repousse son pouvoir sur nous par Ta Puissance et maintiens-le éloigné de nous par nos multiples supplications que nous T’adressons afin que nous soyons protégés, par Toi, de sa ruse.

  9. Ô Mon Dieu ! fais droit à chacune de mes requêtes ; satisfais à mes besoins ; ne retiens pas loin de moi Ta réponse alors que Tu t’es nommé Toi-même comptable d’elle à mon égard[5] ; ne jette pas le voile sur ma supplication qui T’est destinée alors que Tu m’as ordonné de l’énoncer[6] ; sois compatissant à mon égard par tout ce qui me rend juste dans ce monde et dans l’autre, en tout ce que j’ai gardé en mémoire et tout ce que j’ai oublié ; en tout ce que j’ai exhibé ou dissimulé ; en tout ce que j’ai rendu public ou gardé secret !

  10. En tout cela, installe-moi, par la supplication que je T’adresse, parmi ceux qui oeuvrent judicieusement ; parmi ceux qui sont exaucés favorablement lorsqu’ils s’adressent à Toi, et vis-à-vis desquels il n’y a pas de restriction dès qu’ils mettent en Toi leur confiance ;

  11. ceux qui sont accoutumés à chercher asile en Toi ; ceux qui engrangent en traitant avec Toi ; ceux assurés de trouver asile par Ta puissance ; ceux auxquels il est donné l’abondance licite provenant de Ton incommensurable bonté par Ta munificence et générosité ; ceux qui, par Toi, retrouvent la dignité après avoir été humiliés ; ceux qui, par Ta justice, accèdent au refuge protecteur contre l’injustice ; ceux qui, par Ta miséricorde, sont délivrés de l’affection ; ceux qui, part Tes biens, sont soulagés du besoin après le dénuement ; ceux qui sont épargnés des péchés, des faux pas, des offenses à travers la crainte pieuse révérencielle envers Toi ; ceux qui sont victorieux en oeuvrant judicieusement, en se comportant avec rectitude et bienséance en T’obéissant ; ceux qui, par Ton pouvoir, sont entourés de remparts protecteurs contre les péchés ; les abstinents de tout acte de désobéissance envers Toi, les habitants de Ta proximité !

  12. Ô Mon Dieu ! Assigne-moi tout ceci à travers Ton consentement victorieux et Ta miséricorde ; accorde-nous asile contre le châtiment et la brûlure ; et alloue à tous les Musulmans, hommes et femmes, ainsi qu’à tous les Croyants, hommes et femmes, la même chose que j’ai demandé pour moi-même et mes enfants, dans l’immédiateté de ce monde et dans le différé de l’autre ! En vérité, Tu es Le Proche, Celui Qui exauce, Celui Qui entend, L’Omniscient, L’Absolution Bienveillante, Celui Qui pardonne, Le Compatissant, Le Miséricordieux !

  13. Et accorde-nous des biens dans ce monde et des biens dans la vie future. Préserve-nous du châtiment du Feu[7].

 

[4] Au premier regard, la tentation est grande d’interpréter Shahawat par “passions”, mais le contexte coranique laisse apparaître que les objets des désirs, en eux-mêmes, ne sont pas nécessairement nuisibles; le Coran blâme seulement le fait de celui qui s’en préoccupe exagérément au point d’en oublier Dieu. En exemple : “L’amour des biens convoités est présenté aux hommes sous des apparences belles et trompeuses; tels sont les femmes, les enfants, les lourds amoncellements d’or et d’argent, les chevaux racés, le bétail, les terres cultivées: c’est là une jouissance éphémère de la vie de ce monde, mais le meilleur lieu de retour sera auprès de Dieu.” (Coran 3/14)

[5] Voir Supplication 12/10

[6] Il est fait, ici, allusion aux versets suivants : “Je réponds à l’appel de celui qui M’invoque, quand il M’invoque.” (Coran 2/186) – “Invoquez-Moi et Je vous exaucerai” (Coran 40/60)

[7] Coran 22/201

 

Source :  http://www.al-imane.org/showthread.php?t=9825

 

 

 

Do’a pour trouver un bon mari ou une bonne épouse 21 août, 2010

Classé dans : 1. Le mariage,4. Do'as et Ziaraat — poussieresdetoiles @ 17:58

 

Do’a pour trouver un bon mari ou une bonne épouse


Voici quelques prières recommandées par nos Massoumines (as) pour toutes les jeunes filles et jeunes hommes pour trouver un bon partenaire. Ce ne sont évidemment pas les seules prières existantes mais celles qui sont les plus communément cités.

  • Réciter Surat Ahzaab, garder une copie du surah à l’entrée de la maison.
  • Réciter Surat Taha ; souffler sur un verre d’eau et boire.
  • Réciter Surat Hachr (28 ème chapitre du Qur’an)
  • Réciter Surat Mumtahana tous les jours, 5 fois par jour
  • Réciter le verset 36 Yasin 100 fois avant salat de tahajjud pendant 40 jours

Subh’aanalladhi khalaqal azwaaja kullahaa mimmaa tumbitul arz’u wa min anfussihim wa mimmaa laa ya’lamoon.

  • Réciter le du’a suivant 100 fois pendant 40 jours après namaz :

Sahlan Bifazlika yaaa’zeez

  • Réciter :

Yaa mussabbibal asbaabi yaa mufattih’al abwaabi yaa man h’aythu maa dui’ya ajaaba.

  • Il est dit dans Biharul Anwar, d’écrire le ayat suivant du Surat Taha sur un papier avec du safran et de l’eau de rose,et en faire un tawiz et porter sur le bras droit pour recevoir des propositions en mariage.

Nah’nu narzuquka wal a’aqibatu littaqwa.

  • Il est dit dans Kanzoul Maknoun, d’écrire le doua suivant sur un papier, en faire un tawiz et le porter sur le bras droit, pour recevoir des propositions.(veiller à enlever le tawiz pendant la période d’indisposition, vu qu’il contient le ismi’azam) :

Yaa noora Koulli Shay – in wa houdaahou antalladhi falaqazz’ulumaati binooruoo.
Oh Noor ! C’est Toi qui guides tout, et enlèves toute l’obscurité par Ta lumière.

  • Réciter le Doua Al Mashlool pendant 40 jours
  • Selon Imam Sadiq (as) celui qui désire se marier, doit réciter le doua suivant avant de demander une personne en mariage

Allahumma innee oureedu an atazaw waja faqaddir lee minan nissaa-i a’fihunna farjan wa ah’faz’ihunna lee fee nafsihaa wa awsa -i’hunnaa lee rizqan wa az’amihun lee barakatan fee nafsihaa wa maalee faqaddir lee minhaa waladan t’ayyiban taj’a’louhou khalafan s’aalih’an fee hayyaatee wa ba’damawtee.
O mon Allah, je désire me marier, assure moi une femme parmi celles qui s’abstiennent de ce qui est illégal et qui sauvegarde son âme (intégrité) dans mon intérêt, et par laquelle mes moyens de subsistance augmenteront abondamment et qu’elle me donne un fils vertueux, qui sera mon successeur noble ici et dans l’au-delà.

  • Il est écrit dans Biharul Anwar que s’il y a des obstacles pour recevoir des propositions en mariage, écrire les ayats suivants Taha:131,132 avec du safran et en faire un tawiz et porter sur soi

 

 

 

Se protéger avec le Saint Coran 1 février, 2010

Classé dans : 4. Do'as et Ziaraat — poussieresdetoiles @ 12:53

 

Comment se protéger avec le Saint Coran ?

 

La sourate al-Fatiha protège de la Colère d’Allah SWT.

La sourate Yassin protège de la soif du Jour du Jugement.

La sourate al-Waqiyah  protège de la pauvreté et de la famine.

La sourate al-Moulk protège du châtiment de la tombe.

La sourate al-Kawçar protège des ennemis.

La sourate al-Kafiroune protège du Koufrat au moment de la mort.

La sourate al-Ikhlass protège de l’hypocrisie.

La sourate al-Falaq protège des catastrophes.

La sourate an-Nass nous protège des mauvaises pensées.

 

Source : http://shia974.fr/texte/comment_se_proteger.htm

 

 

 

Qu’est-ce que le do’a ? 30 juin, 2009

Classé dans : 4. Do'as et Ziaraat,A~Musulmane~ — poussieresdetoiles @ 13:00

 

Qu’est-ce que le do’â ?

 http://www.kitab.fr/article29.html

 

Les Secrets du Do’â et les Conditions de son Exaucement :

 http://www.kitab.fr/article8.html

 

 

TRANSLITTÉRATION 27 décembre, 2008

Classé dans : 4. Do'as et Ziaraat,A~Musulmane~ — poussieresdetoiles @ 20:58

 

TRANSLITTÉRATION

I. Les Voyelles

a    fat-hah     َ  )  Ex. : ba  ( بَ )

â  alîf (a long)  ( آ )   Ex. : bâ ( با )

i     kasrah   (  ِ    Ex. : bi   (بِ )

î     yâ’ (i long)    Ex. : bî   بي

ou   dhammah ( ُ  )    Ex. :  bou    بُ

     wâw (= ou ) (و )   Ex. : boû    بو 

II. Les Semi-Voyelles

w    wâw (û précédé ou suivi de voyelle)  Ex. : wâhid      واحِد

y  yâ’ ( î précédé ou suivi de voyelle)   Ex. : Allah   ياالله 

III. Les Consonnes 

ch   chîn     ش

gh   ghayn  غ

h     hâ’   ه

h     hâ’ ح 

kh   khâ’   خ 

dj      djîm      ج 

q    qâf ق 

s     sâd     ص   (s emphatique)

zh   zhâd  ض   (emphatique)

dh   dhâ’  ظ   (dh emphatique)

th    thâ’ ث     think, thank (anglais) 

dh    dhâl  ذ    the, this (anglais)

t      tâ’ ط   (t emphatique)

‘    hamzah     ء   Ex. : (saala)       سَــأ لَ   ;  ( samâ )       سَماء

`    `ayn     ع        Exp : ( `Alî )     علي 


 

 

Nombreux do’as et Ziaraat

Classé dans : 4. Do'as et Ziaraat,A~Musulmane~ — poussieresdetoiles @ 20:57

 

En français :

http://salat.e-monsite.com/categorie,les-invocations,2688211.html

 

En anglais :

www.duas.org

 

Ziaraat :

http://www.ziaraat.org/

http://www.ziyaraat.net/intro.asp

 

12
 
 

Il était une fois Gisèle |
la famille s'agrandit enfin! |
dominiqueetpascal |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bienvenue chez Jacques BERTHET
| Garderie«les petites fleurs»
| Mariage Delphine et Yannick