Poussières d’étoiles

« La Famille du Prophète est à l’exemple des étoiles dans le ciel. Quand s’éteint une étoile, une autre s’allume. Dieu a parachevé pour vous Ses oeuvres et vous a fait voir ce à quoi vous aspiriez. » L’Imam Ali (as)

 

1 mai, 2010

Classé dans : 6.2. Les femmes illustres — poussieresdetoiles @ 11:34

 

p8.gif

 

L’exemple des femmes illustres dans le Saint Coran

0437d5edd3.gif

 

 » Certes ceux qui sont soumis à Dieu et celles qui Lui sont soumises, les croyants et les croyantes, les hommes pieux et les femmes pieuses, les hommes sincères et les femmes sincères, les hommes patients et les femmes patientes, les hommes et les femmes qui sont recueillis, les hommes et les femmes qui font l’aumône, les hommes et les femmes qui jeûnent, les hommes et les femmes chastes, les hommes et les femmes qui mentionnent fréquemment Dieu : Voilà ceux auxquels Dieu a préparé un pardon et une récompense sans limite « . (Sourate al-Ahzab: verset 35)

 

L’intérêt pour découvrir des modèles est un besoin inné de l’Homme.  Mais n’importe quoi ou n’importe qui ne peut agir en tant que bon paradigme.  Seuls ceux qui ont de véritables possibilités, des compétences innées et des valeurs spirituelles peuvent être pris comme exemples pour les autres.  Les personnalités sans origine noble ou avec des vues matérialistes ne peuvent pas être qualifiés de modèles.  C’est pourquoi les caractères spirituels bien connus demeureront en tant que paradigmes éternels tout au long de l’histoire.

  Le Saint Coran, aussi, en tant que guide parfait de l’humanité, a présenté certains de ces paradigmes* exceptionnels, et a demandé à tous les individus de prendre des leçons de leur histoire et de les suivre au cours de leur vie.

 Dans cette collection, nous présenterons les histoires de la vie d’un certain nombre de femmes exceptionnelles qui sont considérées comme des figures lumineuses par rapport à leurs mérites coraniques:

 1) Asiya (as), épouse de Pharaon, un exemple de femme croyante (Al-Mo’minat)

2) Yokheved, mère du prophète Moïse (as), un exemple de femme soumise à ALLAH  (Al-Muslimat)

3) Zipporah, épouse de Moïse (as), un exemple de modestie et pour le droit [pour la femme] au choix du mari.

4) Anna, mère de Marie (as), un exemple de femmes véridique (Al-Saadiqat)

5) Marie (as), mère sainte de Jésus (as), l’exemple de la chasteté et de l’obéissance (Al-Qaanitat et Al-Saadiqat)

6) Elizabeth, épouse de Zechariah (as), un exemple de femmes vertueuse et humble (Al-Saalihat et Al-Khashi’at)

7) Eve, épouse d’Adam (as), l’exemple de la femme repentante (al-Taa’ibat)

8) Hajar, épouse d’Ibrahim (as), l’exemple de la femme qui voyage pour son Seigneur (Al-Saa’ihat)

9) Rahima, épouse de Job (as), un exemple de patience (Al-Saabirat)

10) Balqis, la reine de Saba, un exemple de la soumission à la volonté divine (Al-Muslimat)

11) Khadija (as), épouse distinguée du saint Prophète de l’Islam (saw), l’exemple de la foi sincère et de la charité pour Allah (Al-Mo’minat et Al-Mutasaddiqat)

12)  Hazrate Fatima al-Zahra (as), le paradigme parfait, et le support de toutes les excellentes qualités.

 

 

~*~ A SUIVRE ~*~

 

 

La plus grande Dame de l’Histoire

Classé dans : 6.2. Les femmes illustres — poussieresdetoiles @ 11:32

Hz FATIMA ZAHRA (as)

fleur71.gif

La fille du Prophète de l’Islam et l’épouse de ‘Alî compte parmi les quatre femmes parfaites, selon la tradition islamique, avec Maryam (la Vierge Marie, cf. infra), Khadîja et Asya. C’est à ce titre – et aussi parce que Muhammad a déclaré un jour : «  Fâtima fait partie de moi-même  » – qu’elle est, en terre d’Islam, pour les sunnites comme pour les shî’ites, le symbole de la perfection féminine. Ajoutons qu’en Islam shî’ite, c’est aussi en tant que la mère des saints Imâms, Hasan et Huseyn, qu’elle est vénérée.

La plus grande Dame de l’Histoire, méconnue

 «Celui qui la moleste, me moleste ; celui qui la met en colère, me met en colère ; celui qui lui fait plaisir, me fait plaisir ; et celui qui lui fait de la peine, me fait aussi de la peine. » Cette tradition du Prophète (que le Salut soit sur lui) a été rapportée par de nombreux narrateurs chiites et sunnites. Et tout le monde sait qu’elle concerne sa fille chérie, Fatima-Zahra (que la Paix soit sur elle).

Le Prophète (S) a dit :  « On trouve beaucoup d’hommes parfaits, mais il n’y a que quatre femmes parfaites : Assia, fille de Mazahem ; Maryam, fille d’Amran ; Khadija, fille de Khoweled et Fatima, fille de Mohammad. »

   Comme sa tombe, qui est inconnue, la vie de Fatima (P), femme vertueuse et pieuse, est méconnue. Nous allons maintenant essayer de connaître une petite partie de sa personnalité à partir de quelques faits de sa vie.

   Tout d’abord nous devons noter que l’Histoire n’a jamais connu une femme comme elle. En effet, elle est le centre de gravité des hommes pieux et parfaits qui font l’Histoire de l’Islam. Elle est la fille de Mohammad, le sceau des Prophètes, la femme de l’Imam Ali, le successeur du Prophète, la mère de l’Imam Hassan, de l’Imam Hossein, les seuls «fils» du Prophète, et de la vertueuse Zeynab (que la Paix soit sur eux). Autrement dit, elle est fille de martyr, femme de martyr, mère de deux martyrs et elle-même martyre.

   Nous devons nous demander : comment a-t-elle atteint cette haute position chez Dieu ?

   Fatima Zahra (P) est née dans la meilleure des maisons. Sa mère était Khadija (P), une des quatre femmes modèles de l’Histoire et la première femme convertie à l’Islam. Elle a mis tous ses biens au service des buts sacrés de son mari (S). Elle était une compagne fidèle dans les jours où  le Prophète (S) était encore peu suivi. Ce sont tous ces sacrifices qui ont fait que le Prophète se rappela toujours d’elle. Le père de Fatima (P) était le Prophète de l’Islam (S), l’homme le plus parfait que l’humanité ait jamais connu. Fatima Zahra (P) fut donc éduquée par un tel père et une telle mère, tous deux des personnalités exemplaires. Grâce à cette éducation, à ses caractères divins, à la clémence et la bénédiction de Dieu qui l’accompagnèrent toujours, Fatima Zahra (P) est devenue l’un des quatre modèles pour les femmes. Le Prophète a dit : « Que son père soit sacrifié pour elle ! »

De plus, l’enfance de Fatima Zahra (P) a accompagné les moments les plus durs de la vie du Prophète (S). C’était l’époque où les Qoraïch boycottaient ses premiers disciples. A la mort de Abi Taleb et de Khadija (P), deux personnalités qui ont soutenu le Prophète (S) avec leur vie et leurs biens jusqu’au dernier jour, Fatima Zahra (P) a eu autant de chagrin que son père. Fatima Zahra (P) a accompli les devoirs d’une mère envers son père. Le Prophète (S) embrassait souvent sa fille et disait : « Je sens l’odeur du Paradis. »

En l’an 2 de l’hégire, le Prophète (S) a marié sa chère fille à l’Imam Ali (P) et ceci par ordre de Dieu. Sa dot (ou MAHR) était très modeste. Le Prophète (S) a dit à Fatima (P) : « Je t’ai confié au premier homme qui est devenu musulman, le plus croyant, le plus savant et le meilleur en moralité. »

Fatima Zahra (P) vivait dans des conditions économiques assez difficiles. L’Imam Ali (P) qui était parmi les combattants de l’Islam, partait souvent au JIHAD et Fatima Zahra (P) passait quelquefois des journées sans manger. Dans ces périodes, elle travaillait elle-même pour nourrir sa famille. Cette première Dame de l’Islam fabriquait des cordes à la maison pour des gens qui les revendaient. Elle protégeait elle-même ses enfants.

En matière d’éducation, Fatima Zahra (P) voulait donner à ses enfants l’Islam pur. Elle ne les laissait pas aller avec les autres, pour qu’ils n’apprennent pas de mauvaises idées.

La simplicité était une des qualités connues de la vie de Fatima Zahra (P). Elle l’avait apprise de son père. A ce propos, un jour, un des compagnons du Prophète (S), Salman, qui était très connu pour sa piété et son détachement de la vie matérielle, était stupéfait en voyant la maison de Fatima (P). Le Prophète (S) lui a dit : « Salman, ma fille est l’éclaireur de la caravane de la piété et du détachement vis-à-vis de la vie matérielle. » Elle accomplissait tous les autres travaux tels que le ménage, la cuisine et l’éducation des enfants. Mais cela ne l’empêchait pas d’accomplir ses prières obligatoires et les prières recommandées, autant que ses pieds étaient gonflés. Fatima Zahra (P) connaissait également parfaitement la religion.

Nous devons également noter que Fatima (P) n’a jamais demandé à manger à l’Imam Ali. A une question de l’Imam Ali (P), Fatima répondit : « Le Prophète m’a dit : « Fatima, si Ali t’apporte à manger, tu manges. Sinon, tu ne lui demandes rien. » » La femme doit donc être compréhensive. Elle doit demander selon la capacité de son mari, car un homme musulman ne peut pas toujours répondre à tous les besoins d’une femme qui demande beaucoup.

Après la mort du Prophète (S), Fatima tomba malade. Le dernier jour de sa vie, malgré sa souffrance, elle a appelé ses enfants, les a lavés, les a embrassés et leur a demandé d’aller visiter le tombeau du Prophète (S). Après sa mort, l’Imam Ali (P) était très triste, il visitait souvent son tombeau et pleurait beaucoup.

Il est à noter que Fatima Zahra (P) a également joué un rôle politique. Après la mort de son père, elle n’a pas hésité à faire un discours historique en public. Elle voulait prévenir les musulmans des mauvaises compréhensions qui pourraient entraîner des déviations.      

La dame Fatima menait donc une vie très simple et ne prêtait aucune attention aux vêtements chers, … En revanche, elle accordait une grande valeur aux prières, au travail dur, au savoir et à la pureté de la conduite. Sa vie et son caractère constituent les meilleurs exemples à suivre pour les femmes musulmanes. Elle est notre idéale dans la patience. En effet la patience par rapport à la foi est comme la tête par rapport au corps.

De quoi Fâtima est-elle finalement le symbole ?

Ali Shariati a répondu longuement dans un ouvrage fameux en Iran (Fatima est Fatima) :

Fatima était  » la femme  » telle que l’Islam voulait qu’elle fût. Il en a donc donné une image et c’est le Prophète qui l’a dessinée, qui l’a élevée et lui a appris, sous la pression de la pauvreté, les enseignements les plus profonds de l’humanité. Elle fut donc un exemple de toutes les qualités  » féminines « . L’exemple de la fille dans sa relation avec son père. L’exemple de l’épouse dans sa relation avec son mari.L’exemple de la mère dans sa relation avec ses enfants. Elle fut l’incarnation de la femme engagée et responsable face à son époque et à sa société. Elle était elle-même un  » Imam « , c’est-à-dire un modèle exemplaire pour la femme. Elle était un recours et une preuve pour toutes les femmes qui voulaient décider  » d’être elles-mêmes « .

Texte complet : La plus grande Dame de l’Histoire dans 6.2. Les femmes illustres doc zahra.doc

Voir aussi :

Biographie de Hz Fatima (as)

Les noms de Fatima (as) Fatima (as) dans le miroir de Louis Massignon

Hz Fatima (as) dans le noble Coran

copyright©

 

 
 

Il était une fois Gisèle |
la famille s'agrandit enfin! |
dominiqueetpascal |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bienvenue chez Jacques BERTHET
| Garderie«les petites fleurs»
| Mariage Delphine et Yannick